Croix
La prière du saint Rosaire
English
Français
Español

La neuvaine


La croix de Théo

Parole de la Vierge Marie à Fortuna Agrelli (1866) :

« Que toute personne qui souhaite mes faveurs,
fasse trois neuvaines de chapelets en supplication et trois en action de grâces. »


« Si vous demeurez en moi, et que me paroles demeurent en vous,
demandez tout ce que vous voudrez, et vous l'obtiendrez. »  Jean (15, 7)


Neuvaine

La dévotion commence lorsque Notre-Dame apparaît à Fortuna Agrelli, une fille de Naples, qui souffrait d'intenses douleurs depuis 13 mois. Le 16 février 1884, la jeune femme malade et ses proches commencèrent à prier une neuvaine de chapelets pour son rétablissement. Assise sur un trône haut avec l'Enfant Jésus sur ses genoux, la Sainte Mère est apparue à Fortuna le 3 mars. Elle avait un chapelet à la main et était également accompagnée de Saint Dominique et Sainte Catherine de Sienne.

Fortuna a demandé à Notre Dame : " Reine du Saint Rosaire, ayez pitié de moi, guérissez-moi ! " La Sainte Vierge répondit : " Ma fille, tu m'as appelée, en invoquant mon nom sous différentes invocations, et tu as toujours obtenu des faveurs de ma part. Maintenant, comme tu m'as appelé par ce titre si agréable pour moi, ' Reine du Saint Rosaire ', je ne peux que te donner ce que tu me demandes : parce que ce nom, ce titre, est le plus cher et le plus sacré pour moi. Faites trois neuvaines et tu obtiendras ce que tu demandes. "

Après la guérison de Fortuna, Notre-Dame lui est apparue à nouveau. Ce miracle du Rosaire a tellement impressionné le Pape Léon XIII qu'il lui a encouragé à exhorter tous les chrétiens à travers d'un ministère pastoral à pratiquer la dévotion du Rosaire le plus souvent possible.


Haut de la page