Croix
La prière du saint Rosaire
English
Français
Español

Les apparitions    -     La dévotion au Cœur Immaculé de Marie    -    Faire des sacrifices    -     Présence céleste    -     Les deux moyens pour se sauver

La présence de Notre-Seigneur

« L'atmosphère surnaturelle qui nous enveloppait était si intense que, pendent un long moment, nous nous rendions à peine compte de notre propre existence. Nous restions dans la même position où l'Ange nous avait laissés, répétant toujours la même prière. La présence de Dieu se faisait sentir d'une manière si intense et si intime, que nous n'osions même plus parler entre nous. Le lendemain, nous sentions encore notre esprit enveloppé dans cette atmosphère qui ne disparut que très lentement. »


« La paix et la joie que nous éprouvions étaient grandes, mais seulement intérieures, notre âme étant complètement concentrée en Dieu. L'abattement physique qui nous prostrait était grand aussi. »


Explique sœur Lucie par rapport à l'apparition de l'Ange au Cabeço, au printemps 1916.



« Ces paroles de l'Ange se gravèrent dans notre esprit, comme une lumière qui nous faisait comprendre qui est Dieu, combien il nous aime et veut être aimé de nous, la valeur du sacrifice et combien celui-ci lui est agréable, comment par égard pour lui Dieu convertit les pécheurs. »


Explique sœur Lucie par rapport à l'apparition de l'Ange au Cabeço, à l'été 1916.










« ...Notre-Dame ouvrit les mains pour la première fois et nous communiqua, comme par un reflet qui émanait d'elles, une lumière si intense que, pénétrant notre cœur et jusqu'au plus profond de notre âme, elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu, qui était cette lumière, plus clairement que nous nous voyons dans le meilleur des miroirs. »


« L'apparition de Notre-Dame vint de nouveau nous plonger dans le surnaturel, mais d'une manière beaucoup plus suave. Au lieu de cet anéantissement en la divine présence, qui nous prostrait, même physiquement, celle-ci nous laissa une paix, une joie expansive qui ne nous empêchait pas de parler ensuite de ce qui s'était passé. »


Explique sœur Lucie par rapport à l'apparition de Notre-Dame du 13 mai 1917.



La vision du Cœur Immaculé qui leur était apparue « couleur chair, et entouré comme d'une tige d'ajonc sauvage », était liée à la mystérieuse vision qu'ils avaient eue lorsque, pour la deuxième fois, Notre-Dame avait ouvert les mains et leur avait « communiqué le reflet de cette lumière immense » qui en émanait. « Il me semble que, ce jour-là, ce reflet avait pour but principal d'infuser en nous une connaissance et un amour spécial envers le Cœur Immaculé de Marie; de même que les deux autres fois, il avait eu ce même but, mais par rapport à Dieu et au mystère de la très Sainte Trinité. Depuis ce jour, nous sentimes au cœur un amour plus ardent envers le Cœur Immaculé de Marie. »


Explique sœur Lucie par rapport à l'apparition de Notre-Dame du 13 juin 1917.



« Nous étions comme en feu dans cette lumière qui est Dieu et nous ne brûlions pas !... J'aime tellement Dieu !... Mais Lui, Il est si triste à cause de tant de péchés ! »


François de Fatima.


Retour
Haut de la page