La prière du saint Rosaire
English
Français
Español

L'origine du chapelet

L'origine du mot « rosaire » vient d'une ancienne coutume médiévale qui consistait à mettre une couronne de roses sur les statues de la Vierge. Ces roses étaient le symbole de la « beauté » et du « parfum » des prières à Marie. Ainsi est née l'idée d'utiliser un collier de grains (ou couronne) pour guider la méditation. RoseAu XIIIe siècle, les moines cisterciens ont développé à partir de ce collier une nouvelle prière, qu'ils ont appelé Rosaire, la comparant avec une couronne de roses offerte à la Vierge. Cette dévotion a été popularisée par saint Dominique, qui a reçu en 1214 le premier chapelet de la Vierge Marie, dans la première d'une série d'apparitions comme moyen de convertir les non-croyants et les pécheurs. Avant Saint-Dominique, c'était une pratique courante de prier le « Rosaire de Notre Père », qui consistait à réciter le Notre Père selon le nombre de grains d'un collier.

En 1571, l'année de la bataille de Lépante, lors de l'invasion des turcs musulmans, le Pape Pie V demande aux chrétiens de réciter le Rosaire pour demander la libération de la menace ottomane. La victoire de la flotte chrétienne, le 7 octobre, a été attribuée à l'intercession de la Vierge Marie. En remerciement, le Pape incorpora ce jour dans le calendrier liturgique sous le nom de fête de Notre-Dame du Rosaire. D'autres personnalités ont contribué à la propagation de cette prière par exemple le bienheureux Alain de la Roche avec son « Psautier du Christ et de Marie » en 1478, Saint-Louis de Montfort dans son livre « Secrets du Rosaire », et le bienheureux Bartolo Longo. Un autre élan s'est produit dans les XIXe et XXe siècles avec les apparitions de Marie à Lourdes et à Fatima.

Le message de Notre-Dame de Fatima

Réciter le chapelet. Après tant d'autres papes, saint Pie X le recommandait dans son testament: « La prière du Rosaire est de toutes la plus belle, la plus riche en grâces, et celle qui touche le plus le Cœur de la Mère de Dieu... Si vous voulez que la paix règne dans vos foyers, récitez-y le chapelet en commun. »

Jean XXIII, après avoir pris connaissance du terrible secret : « Le Rosaire est élevé au rang de la grande prière publique et universelle, face aux besoins ordinaires et extraordinaires de la sainte Église, des nations et du monde entier. »
(octobre 1961)

Dans chaque apparition, la Très Sainte Vierge Marie insiste sur la récitation quotidienne du chapelet.

Faire des sacrifices. « Tant de monde tombe dans l'enfer!... Tant de monde! Ah! si nous pouvions, avec nos sacrifices, fermer pour toujours les portes de cette terrible fournaise!... Si nous pouvions faire que tous les pécheurs prennent le chemin du Ciel! » s'exclamait Jacinthe. « Consoler Notre-Seigneur qui est si affligé à cause de tant de péchés. »

Se consacrer au Cœur Immaculé de Marie. Dieu veut l'exaltation de la Vierge Marie sa Mère. Il veut qu'un culte lui soit rendu, magnifique et multiple, populaire, traditionnel, public et universel.

« Tu diras au monde entier que le bon Dieu veut accorder ses grâces par le Cœur Immaculé de Marie, qu'on ne doit pas hésiter à les luiLe Cœur Immaculé de Marie demander. Que le Cœur de Jésus veut être vénéré avec celui de sa mère. Que les hommes doivent demander la paix à ce Cœur Immaculé parce que Dieu la lui a confiée. »

Prions, faisons pénitence, consacrons-nous et dévouons-nous à la Vierge Immaculée.

La promesse de la Très Sainte Vierge Marie à sœur Lucie

Pontevedra, le 10 décembre 1925

« À tous ceux qui, pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la sainte communion, réciteront un chapelet, et passeront quinze minutes avec moi en méditant sur les quinze mystères du Rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l'heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme. »